• Que nous dit la route en ce moment ?

    Suite à un billet récent je me suis abonné aux annonces d'accidents piétons et cyclistes dans la presse, et ça n'est pas facile à lire. Pourquoi me suis-je abonné ? pour comprendre pourquoi transport implique violence, et quels aménagements sont les plus dangereux.

    Les panneaux et la peinture ne suffisent pas

    Avant hier, c'est relaté par la Voix du Nord, un accident a coûté la vie à une cycliste de 69 ans.

    Ça s'est passé ici :


    Agrandir le plan

    Sans vergogne, une capture :

    On voit que les bandes cyclables sont largement insuffisantes. Pourquoi ne pas les regrouper et les séparer du flot de la circulation ?

    Commentaire au bas de l'article de la Voix du Nord :

    Thierry F. le 16/12/2013 à 20h30

    tout le monde roule toujours trop vite à cet endroit j'y passe regulierement et souvent en roulant à 50 km je me fait doubler malgres une ligne continue dur

    Lien entre violence et violence

    Cet autre fait divers relaté dans la Nouvelle République met en évidence le lien entre la violence subie et la violence routière :

    Du bout des lèvres, la prévenue avoue qu'elle a été abusée durant son enfance par son grand-père, elle a aussi été maltraitée par son premier compagnon et, enfin, a été affectée récemment par un cancer. « Votre alcoolisme a débuté en 2006, note la présidente, votre médecin a indiqué qu'il ne savait plus comment vous aider. Il a donc fallu ce drame pour que vous preniez réellement conscience de votre maladie ? »

    Que faire

    Combien de temps sera-t-il socialement acceptable que se déplacer mette son prochain en danger de mort ? Je pense qu'il importe que nous prenions conscience collectivement que nos déplacements ont un aspect violent -même un vélo dans une rue résidentielle peut effrayer des piétons.

    Les violences réelles ou symboliques, les frustrations qui nous sont infligées peuvent nous rendre impatients voire violents dans l'espace public, et en particulier dans l'habitacle isolant d'une voiture. De façon ultime, c'est contre la violence qu'il faut évidemment lutter, mais déjà, prenons conscience de notre agressivité !

    Retour sur la voix passive

    Contrairement à ce que je déplorais dans ce billet, ici les auteurs ne dépersonnalisent pas l'auteur de l'homocide involontaire :

    En particulier « L’accident qui est survenu cet après-midi met en cause une cycliste lilléroise de 59 ans et un automobiliste. »

    « FethAccident mortel sans lumières ni gilet réfléchissant »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    mariemini
    Mercredi 18 Décembre 2013 à 17:11

    Bd de Lyon à Strasbourg, il n'y a pas de piste cyclable. C'est dangereux. Différentes réunions ont eu lieu avec les associations du quartier, les représentants de la municipalité. Résultat de la semaine dernière: les pistes cyclables ralentiraient la circulation, donc on ne peut rien faire. Alain Jund n'intervient pas à l'appui de la demande de piste et accepte la fin de non recevoir.

    2
    Mercredi 18 Décembre 2013 à 17:15

    Pour déterminer si on a besoin d'un pont, les socialistes ne comptent pas les gens qui traversent à la nage, alors pourquoi appliquer cela aux pistes cyclables en site propre ? Alain Jund doit réagir, ou alors il défend une écologie vraiment hétérodoxe.

    3
    mariemini
    Mercredi 18 Décembre 2013 à 20:26
    En plus A.Jund plastronne avec la piste bidirectionnelle qui descend du pont Mathis sur le Bd de Lyon.
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :