• Les mauvais randonneurs et les bons chasseurs

    Homme des bois - from an illustrated version of Aesop's Fables by Charles Robinson, 1895 LondonHier matin j'ai terminé la lecture de Promenons-nous dans les bois de Bill Bryson, traduit par Karine Chaunac, et aujourd'hui nous sommes allés mettre cela en pratique, sans sac à dos, dans l'Yonne septentrionale.

    Nous avons préparé notre itinéraire circulaire qui tombait dans l'angle de quatre cartes IGN TOP25 -vraiment pas pratique à ajuster- mais comme nous avons ensuite oublié nos cartes TOP25, ça n'a rien changé. Nous nous sommes servis de la cartographie openstreetmap via l'appli OSMAND+ sur mon téléphordinateur auquel il restait environ une heure d'autonomie et que nous avons donc allumé sporadiquement.

    Nous nous sommes garés sur une route en cul de sac figurant sur Openstreetmap (je me suis ensuite rendu compte que j'avais ajouté cette route dans la base OSM moi-même il y a quelques mois à partir de l'orthophoto Bing, un jour que j'avais traversé une zone blanche de la carte et que j'avais voulu remettre un peu d'asphalte dans l'Yonne).

    Carte Cassini de Villeneuve via la BNFEnsuite, nous avons tout du long mal lu la carte : j'ai pris les limites administratives pour des chemins (aucun chemin n'étant cartographié dans la zone, je vais tâcher de faire figurer le GR, le GR de pays et le chemin de promenade forestière tout neuf).

    Nous avons franchi pas mal de terrain sur et hors chemin, à travers les bois bien dégagés, (sauf sous les lignes EDF sous lesquelles des arbustes d'environ 5 ans servent de tuteurs aux ronces, ça fait très Belle au Bois dormant).

    Et puis, récupérant enfin le GR, nous avons compris que nous passions près d'une chasse en cours, signalée par un parking géant de grosses cylindrées en pleine forêt et par le bruit caractéristique du chasseur en forêt quand il n'est pas dans une grosse voiture (ce double claquement typique).
    Un peu plus loin, alors que nous descendions à grandes enjambées en chantant très fort pour couvrir le bruit des détonations et signaler notre présence, nous avons débouché sur un carrefour à angle droit qu'occupait un jeune homme (l'un de nous deux seulement chantait, en fait, je réservais ma voix) .

    Le jeune homme était armé d'une magnifique carabine avec de très grosses balles cuivrées et brillantes alignées dans des rangements ergonomiques le long de la crosse et il portait une tenue de camouflage adaptée à la forêt européenne de feuillus en automne quand il a beaucoup plu (ainsi qu'un élégant gilet orange fluorescent qui ruinait un peu le camouflage, mais on n'a pas osé lui dire).

    Catapulte - Grose, Francis: «The Antiquities of England and Wales» (1783)

    Après les respectives salutations, nous avons demandé au chasseur où se déroulait la chasse ; malheureusement il n'était pas certain de pouvoir nous dire où elle ne se déroulait pas :
    - à droite on tirait, c'était sûr,
    - il lui semblait bien que le gros de sa troupe était massé en bas,
    - à gauche, ça ne serait pas impossible qu'un plomb ou deux partent, après tout, maintenant qu'on en parlait.

    Nous avons demandé pourquoi la chasse n'était pas signalée ; a priori, la chasse a été signalée sur les routes -ce n'est malheureusement pas conforme à nos observations : nous sommes passés par trois routes goudronnées et longeant des habitations autour de la zone sans rien voir.

    Comme nous envisagions de poursuivre notre descente tout droit par le GR, nous avons demandé au chasseur s'il pouvait prévenir plus loin à l'aide d'un talkie walkie, mais malheureusement il n'avait plus de batterie dans son téléphone.

    Le jeune chasseur nous a recommandé de faire attention ; nous lui avons alors demandé en quoi consistait « faire attention » quand on est un promeneur, mais malheureusement il ne voyait pas non plus.

    Nous sommes donc partis faire un grand détour par la gauche, et franchement, ça ne peut pas faire de mal à notre silhouette.

    escargot

    Il y a comme un choc culturel à se balader dans l'Yonne quand on est habitués aux terres du Club Vosgien. Ici les chemins, hors GR, retournent souvent à la forêt ou au labour, et ce n'est pas la première fois que nous rencontrons une chasse non signalée un dimanche.

    Sur http://www.yonne.info/chasse/ on peut lire

    « Il est important qu'en période de chasse chaque organisateur de randonnée se rapproche du ou des Présidents des sociétés de chasse situées sur les secteurs où doit se dérouler la randonnée.

    C'est un gage de sécurité pour tous.»

    Tout comme le piéton est prié de ne pas s'aventurer sur le passage clouté sans vérifier que tous les conducteurs de boites métalliques d'une tonne et plus respectent bien une attitude compatible avec le maintien de la vie en zone résidentielle ; tout comme le piéton devrait porter des vêtements voyants et une lampe, le randonneur du GR est prié d'être prudent quand on lui tire dessus -pour la sécurité de tous.

    Pour finir, nous avons un peu couru parce qu'un chien probablement très gentil, mais tout de même costaud (50 kg ? et une machoire capable d'ouvrir une grosse boîte de conserve de cassoulet) nous aboyait dessus d'un peu trop près, puisque son portail n'était pas fermé -à la décharge des propriétaires, je pense qu'il passe vraiment peu de monde à pied par là et qu'en général les gens préfèrent… le GR.

    Pour vraiment finir : les petits désagréments mis à part, je trouve que c'était une bien chouette journée, et que la beauté de la forêt au dessus de Villeneuve sur Yonne en automne vaut la balade et les émois.

     

    Forêt en Automne - Gustave Courbet (1841)

     

    « Mon vélo de ville fait des kilomètresTER Sens-Paris : la formule la moins chère »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :