• Le vélo à assistance électrique (VAE) semble concentrer tous les atouts pour remplacer la voiture dans la plupart de ses usages quotidiens pour beaucoup d'Européens, sauf peut-être en cas d'intempéries importantes. L'assistance de 250W correspond à ce que produit  un cycliste en forme et pédalant sans trop forcer -aide très appréciable au démarrage. La limitation à 25km/h de l'assistance correspond à une vitesse tout à fait acceptable en ville quelque soit le véhicule (si si).

    Notre ménage envisage d'acquérir un VAE dans le but de remplacer un véhicule diesel sollicité quatre fois par jour pour un trajet de 2km, et de lui adjoindre une remorque et un antivol de bonne qualité. 

    Me renseignant sur les VAE, je découvre l'existence d'une subvention accordée par certaines municipalités ou métropoles pour l'achat de ces engins. Jaloux parce que ma municipalité n'a pas les moyens ou l'envie de subventionner ses bobos, j'ai entrepris de me documenter plus avant sur ces politiques. J'aborde ce sujet avec la naïveté du néophyte.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • TL;DR:

    pour répondre à une demande, ma modeste opinion sur les nuisances que nous engendrons les uns pour les autres, et sur l'esprit qui pourrait guider l'aménagement de notre espace commun. À la fin, je m'essaie à appliquer "liberté égalité fraternité" aux territoires.

    Rien d'innovant ici, juste une synthèse de deux ou trois idées politiques dans ma tête. Je ne suis pas géographe, malgré quelque temps à fréquenter des géographes, aussi j'espère ne pas dire trop me méprendre sur le vocabulaire ou les concepts (les commentaires sont faits pour ça).

    Arbitrer les conflits

    Pas mal de gens râlent contre les désagréments que leur causent des  phénomènes anthropiques (quand ça n'est pas d'origine humaine, ce n'est pas vu comme injuste et c'est plus facile à accepter) tels que le trafic automobile, ferroviaire ou  aérien, les décharges, les essais et centrales nucléaires.
    C'est pourtant la société humaine organisée qui décide en fonction d'un intérêt général pas toujours bien compris d'infliger ces épreuves à de pauvres gens (par exemple, les Polynésiens sont quantité négligeable face à l'intérêt d'avoir des bombes nucléaires bien de chez nous - confusion de l'intérêt général et de l'intérêt des généraux).

    Je pense  que si la politique a un rôle à jouer, c'est dans l'arbitrage des conflits -condition de la légitimité du monopole de l'État sur  la violence- bien plus que la règlementation via l'état civil de ce qui se passe dans les chambres  à coucher, avec qui (mais quand même, pour quelle  raison, justement à cause de la violence).
    Prenons un exemple simple, dans lequel chacun de nous devrait percevoir le mieux le point de vue de l'autre : le périph.
    Cet exemple a l'avantage de permettre l'analyse sous l'angle géographique.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Je découvre aujourd'hui le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault en version facile à lire et à comprendre, sur une initiative de la ministre des affaires sociales, de l'Unapei et de Nous aussi. Comparant rapidement avec l'original, je constate que la transcription est effectivement plus facile à lire et surtout à démêler. On perd le ton donneur de leçons, on gagne en précision sur beaucoup de concepts.

    Je me prends à rêver d'une transcription de nombreux textes, et puisque je rêve, transcription des codes du Travail et de la Propriété intellectuelle (notamment il y a le  113-9 qui m'énerve et fait des développeurs des auteurs qui n'en sont pas en ajoutant simplement du flou juridique -le cas des prestataires est à mon avis amusant à gérer. Voté par une assemblée de gauche en 1985, je ne comprends toujours pas).


    votre commentaire
  • À Busan, en Corée du Sud, je perdis mon ticket de métro et m'attendais à me trouver fort dépourvu arrivé devant les portiques de sortie. En fait, un agent m'a demandé 1300 wons (95 cents d'euro), c'est à dire le tarif maximal au cas où j'aurais emprunté le métro sur 30 kilomètres, puis m'a ouvert le portique.

    Dans la plupart des villes coréennes munies d'un métro (si ce n'est toutes), il est possible d'acheter un billet au tarif minimal puis d'ajuster le paiement à la sortie.

    Heureusement, j'ai remis les pieds sur terre dans la semaine de mon atterrissage en France : un contrôleur habillé en survêtement et portant à la main un brassard orange est entré dans une rame bondée de la ligne 6 parisienne en prononçant très fort des mots ressemblant à « Bonjour mesdames, messieurs, contrôle des billets » (je dois à l'honnêteté de préciser que je ne me souviens pas s'il a ajouté « s'il vous plaît »). J'ai ensuite aperçu les trois autres contrôleurs vêtus règlementairement qui avaient pénétré par les autres portes de la rame.

    En France (que ça soit à Strasbourg, à Paris, ou sur tout le territoire de la SNCF), les sociétés de transport nous considèrent d'abord comme des fraudeurs. C'est un système qui préfère déranger des suspects dans leur sommeil du vendredi soir ou du lundi matin plutôt que d'accueillir (poliment) des usagers à bord.

    Ce genre d'attitude détermine le niveau d'agressivité / méfiance ou de sérénité / confiance que nous avons dans notre société ; si un grand nombre d'artistes défendent aujourd'hui l'HADOPI et le principe du présumé coupable, c'est sans doute parce que l'ambiance générale s'y prête.


    1 commentaire
  • J'ai un thinkpad T41, 15", qui doit avoir 5 ou 6 ans et il est pour vous.

    EDIT: attribué

    Lire la suite...


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique